Toute l'actualité du Hockey en France, par les fans pour les fans !
Bannière Fanseat

Equipes de France

France-Slovaquie la vie rêvée des Bleus

EDF.jpg
Un match à suspens et rebondissements jusqu'au bout !

Et si on commençait, pour une fois, par la fin ?
C'est un Florian HARDY tout juste sorti de sa douche que nous retrouvons. Pas tout à fait S.E.C. Florian accepte de donner ses toutes premières impressions pour H.E.F.
Et il choisit de résumer son match en trois adjectifs !
" Ce match, de mon point de vue c'est  Solidarité. Enthousiasme. Confiance. Voilà ce sera mon résumé. Il n'y a rien à ajouter. Tout est dans ces mots. "
Un peu S.E.C. ? Non Florian pèse chacune de ses phrases et celles et ceux qui auront vus le match à Pôle Sud ou sur leur écran de télé ne peuvent contredire le gardien de l'Equipe de France qui a partagé la cage française avec Quemener.

Retour sur la partie qui s'annonçait difficile après la sévère défaite des Bleus à Mégève.
Dès l'entame les joueurs Slovaques imposent leur style : rythme, habileté, vitesse et maîtrise du palet. Quemener se retrouve très vite en danger mais Hecquefeuille dégage de justesse le palet loin de son gardien. Répit de courte durée. Quemener stoppe un superbe lancer. Les joueurs du groupe France semblent bien mal embarqués même si Bertrand tente sa chance. Sans succès face à Kondrad, gardien imperturbable.
Le jeu de passes de Viedensky, Skalicky et Svarny est bluffant tant il semble avoir été répété pour devenir un beau mécanisme. Manavian, de son côté fait le ménage et calme les ardeurs de Dano. Manavian  toujours au bon endroit au bon moment avec un gabarit solide.
 Une double pénalité sifflée par la patrouille à l'encontre de deux défenseurs Slovaques rapporte l'espoir chez les supporters Français ( on aura vu parmi eux Luciano Basile déambulant vers les travées des tribunes A, tandis que Jacques Reboh le nouveau président des BDL se promenait à pas rapides vers le coin Presse. )
Fleury n'est pas assez convaincant. Voire pas assez convaincu ? Ses trois tirs sont stoppés. Les Bleus jouent à 5 contre 3 et ne concrétisent pas face à un bloc Slovaque qui arrête toutes les tentatives. A cet instant le doute s'installe. Les joueurs Français semblent trop "intellectualiser" leur jeu. Barin ex-entraîneur Villardien et qui remplace Pierre Pousse (pour lequel chacun aura une pensée) aux côtés de Dave Henderson s'agite sur son banc. Bref. La Slovaquie retrouve son équipe au complet. La prison a été tuée. L'adrénaline du PP semble jouer encore sur les Français qui shootent tous azimuts sur la cage slovaque. Oui mais, sur une faute de Meunier le Power Play est en faveur des Slovaques qui ne donnent pas dans la dentelle et parviennent à tromper Quemener en dépit d'une défense Française sur les dents : Manavian, Moisand et surtout Janil sont vigilants durant 1mn50" mais Cehlarik profite d'un cafouillage et n'hésite pas  à cadrer.
1/0 pour la Slovaquie. Marcinko ne se prive pas pour donner des coups de crosse dans les mollets des Français. Juste là où les protections sont absentes.  Les arbitres ne voient rien ? Pourtant les coups sont là à plusieurs reprises derrière la cage slovaque. Beron , sans doute agacé, commet à son tour un vilain geste mais sous le nez de l'arbitre qui l'envoie en pénitence.
Quelques secondes plus tard c'est la Slovaquie qui écope de deux minutes. Les équipes jouent à 4 contre 4. Manavian s'offre le luxe de monter à la cage adverse sans toutefois concrétiser. C'est alors qu'après "un très gros travail de Perret"  ( dixit mon voisin de siège joueur de Magnus ) Yorick Treille dévie la rondelle et balance au fond des filets. Pôle Sud se lève. Mais la douche froide de l'arbitrage s'abat sur les supporters comme sur l'équipe de France : but refusé par la patrouille au motif de "cage bougée."
1/0 pour les Slovaques

Le second tiers débute avec confiance côté français. Les mots du coach dans le vestiaire auront été porteurs puisque chacun de patiner avec la rage au ventre. les Français montrent enfin (!) leur agilité et leur jeu de passes. C'est Sacha Treille bien servi par Raux qui marque le but de l'égalisation  refusé à son frère. Les Treille ont fait leurs classes à Grenoble et ce soir ils jouent à nouveau sous  le maillot de leur père, maillot  hissé haut à Pôle Sud.
Les dix premières minutes sont à mettre au bénéfice des Français. Fleury comme Bertrand y croient mais croisent une défense slovaque bien maîtrisée.
A mi-match Quemener sort comme prévu. Et comme prévu encore c'est Florian Hardy qui prend place dans les filets français. A la suite d'une erreur dans la défense française : Dieude Fauvel qui "sert" littéralement un caviar dans la palette d'un Slovaque, Hardy nous montre ce qu'il a de plus performant et dévie le palet d'un mouvement de jambière ! Da Costa est plus remarquable durant ce tiers. Il se démène alors qu'on ne l'avait guère vu jusque là. A nouveau le vilain jeu de coups de crosses dans les mollets. Cette  fois c'est Salicky et Viedensky à tour de rôle qui salissent le jeu. Viedensky sait aussi fort bien masquer la vue à Hardy qui, de ce fait,  peine à stopper les tirs.
Une double pénalité frappe les Slovaques. Même scénario que le précédent double PP : Prison tuée en dépit des tentatives de Ritz, Yorick Treille et Beron. Entres autres.
1/1

Les dix premières minutes de la dernière période sont à l'avantage des Slovaques. Les jambières de Florian Hardy sont mises à rude épreuve ! Une pénalité pour les Slovaques met fin à leur domination. C'est Da Costa qui récupère le caviar de Sacha Treille et crucifie Kondrad. Mais Da Costa semble avoir shooté tellement puissamment qu'il paraît souffrir de son épaule ?
2/1 pour la France
Les supporters Français donnent de la voix et  les drapeaux tricolores flottent un peu partout.
La défense des Bleus tient bon. A noter le très beau travail de Janil et Manavian. 
Ritz est sifflé par la patrouille. La France va-t-elle supporter ce PP en faveur des Slovaques ? La réponse est oui.
Les Slovaques nous montrent alors leur jeu d'individualités. Remarquable. Notamment cette montée de Bartanus qui arrive seul devant Hardy, après avoir déjoué tous les défenseurs Français. Hardy montre, lui, son talent.
Hélas pour la France, alors que chacun croit en la victoire 2/1 c'est Dano qui inscrit le but d'égalisation. Un but superbe. Net et sans bavures.
Pôle Sud est presque secoué de sanglots.
Fin du match 2/2 Il faut en passer par les prolongations qui ne donnent rien. Florian Hardy est sollcité mais confiant. Ce qu'il nous confirmera en fin de match. Il sauve la baraque !
Les tirs au but débutent...
Le suspens est à son comble.
Desrosiers marque mais Fleury, Ritz et Bozon échouent. Idem pour Dano qui marque du côté Slovaque tandis que ses quatre co-équipiers échouent. Vient le temps de Charles Bertrand qui donne la victoire à son équipe et à la France.
Et l'on entend une Marseillaise chantée à l'unisson par le public.
Elle est belle cette victoire de l'équipe de France. Solidaire, enthousiaste et confiante. Si si c'est Hardy qui nous l'a dit ! Rien qu'à nous !


Léonie Camay



 
  

Cliché Léonie Camay HEF

Nous suivre

Logo Facebook
Logo Twitter
Logo Youtube

Classement Saxoprint Ligue Magnus

Pos
Equipe
Poule
Pts
Mj
1
Grenoble (Les Brûleurs de Loups)
99
43
2
Rouen (Les Dragons)
98
43
3
Gap (Les Rapaces)
79
43
4
Amiens (Les Gothiques)
78
43
5
Lyon (Les Lions)
73
43
6
Bordeaux (Les Boxers)
70
43
7
Angers (Les Ducs)
70
43
8
Mulhouse (Les Scorpions)
53
43
9
Nice (Les Aigles)
52
43
10
Epinal (Les Gamyo)
51
43
11
Chamonix (Les PIonniers)
32
43
12
Strasbourg (L'Etoile Noire)
19
43

Statistiques Saxoprint Ligue Magnus

Pos
Joueur
Mj
Bm
Ass
Pts
1
Marc Andre THINEL
30
14
30
44
2
David RODMAN
28
8
35
43
3
Maxime SAUVE
30
10
27
40
4
Julien CORREIA
29
10
28
38
4
Adam HUGHESMAN
25
14
24
38
4
Loic LAMPERIER
30
18
20
38
7
Alexandre GIROUX
30
17
20
37
7
Danick BOUCHARD
31
16
21
37
7
Bostjan GOLICIC
26
13
24
37
7
Alex NIKIFORUK
29
10
27
37

Rencontres Saxoprint Ligue Magnus

Type
Date
Dom
Ext
Aucune date

Résultats Saxoprint Ligue Magnus

Type
Date
Dom
Res
Ext
Journée 43
09/02/2018
Strasbourg.jpg
1 - 4
Lyon.jpg
Journée 43
09/02/2018
Rouen.jpg
1 - 5
Boxers.jpg
Journée 43
09/02/2018
Grenoble.jpg
2 - 0
Mulhouse.jpg
Journée 43
09/02/2018
Gap_2010-2011.jpg
8 - 3
Les pionniers.jpg
Journée 43
09/02/2018
Angers.jpg
3 - 2
Epinal.jpg
Journée 43
09/02/2018
Amiens09-10_small.jpg
6 - 1
Nice.jpg
Journée 42
06/02/2018
Boxers.jpg
3 - 4
Gap_2010-2011.jpg
Journée 42
06/02/2018
Mulhouse.jpg
3 - 1
Rouen.jpg
Journée 42
06/02/2018
Epinal.jpg
1 - 5
Grenoble.jpg
Journée 42
06/02/2018
Les pionniers.jpg
2 - 7
Amiens09-10_small.jpg